FR / EN  



Balthus – 100e anniversaire

16 juin – 23 novembre 2008
Tous les jours de 9h à 19h

SUISSE : J’y ai vécu si longtemps que j’en arrive à me croire suisse. C'est durant la première guerre mondiale que j’ai découvert ce pays. J'aurais tant de choses à raconter dessus... La Suisse a joué un rôle important dans ma jeunesse et, depuis, j’y retourne toujours, presque comme par hasard... (Balthus)

« La meilleure façon de commencer est de dire : Balthus est un peintre dont on ne sait rien. Et maintenant, regardons les peintures. » Telle est la réponse que Balthus adressait il y a quarante ans exactement à la Tate Gallery, qui organisait une rétrospective et voulait un texte de présentation.
La prochaine exposition de la Fondation Pierre Gianadda à Martigny, Balthus (100e anniversaire), orchestrée par Jean Clair et Dominique Radrizzani, concentre à Martigny les chefs-d’œuvre de Balthus. Plusieurs anniversaires s’accrochent à cet événement : le centenaire du peintre d’abord, mais aussi le vingt-cinquième anniversaire de sa redécouverte lors de la grande rétrospective du Centre national d'art de culture Georges Pompidou en 1983, ou encore le trentième anniversaire de l’inauguration de la Fondation Pierre Gianadda le 19 novembre 1978.
Ce n’est pas la première fois que Balthus est valaisan. C’est même en Valais que tout commence, près de Sierre où, chaque année, le poète Rainer Maria Rilke invite la mère et les enfants à venir se distraire dans son château de Muzot. Rilke préfacera le livre Mitsou du très jeune Balthus (dessiné à 11 ans, publié à 13) et le premier tableau connu Paysage de Muzot, peint en 1922 à l’âge de 15 ans, témoigne également d’un « Valais de l’enfance ».
Souvent à contre-courant et à l’écart des avant-gardes, Balthus développe bientôt dans le secret de son atelier parisien, un style unique et mystérieux, qui renoue avec la peinture du Quattrocento italien (en particulier Piero della Francesca) et prolonge la grande tradition française (Poussin, Ingres, Courbet). Comme Alberto Giacometti, dont il se rapproche et qui deviendra son meilleur ami, Balthus se méfie du Surréalisme pour se cramponner à la figuration et en explorer les arcanes compliqués, n’hésitant pas à se tourner vers la leçon alors décriée (jugée par trop conservatrice) d’André Derain.
La rétrospective invite à une traversée de toutes les périodes et de tous les thèmes de Balthus : portraits, paysages, sans oublier les jeunes nymphes alanguies qui constituent l’ingrédient majeur du « mystère Balthus » (Thérèse rêvant, Jeune fille endormie, Les Beaux Jours).
L’exposition confronte les deux mythiques paysages urbains de Balthus, La Rue de 1933 (entrée du vivant de l’artiste au Museum of Modern Art de New York) et Le Passage du Commerce-Saint-André, réalisé vingt ans plus tard. Deux archétypes du spectacle de la ville, deux icônes de la rue qui, tout en décrivant sur un mode étrange le théâtre de la vie, inscrivent Balthus dans « la grande tradition de la peinture pour laquelle la toile est un espace géométrique à remplir » (Antonin Artaud).
En 1933, La Toilette de Cathy (présentée pour la première fois en Suisse) est issue d’un projet d’illustration des Hauts de Hurlevent. Proche d’Antonin Artaud et de son « Théâtre de la cruauté » – Balthus réalise les décors et costumes de la fameuse représentation des Cenci –, son projet d’illustration reflète une profonde révolte intérieure et contient en germe tout un système esthétique : « Je veux, écrit Balthus, y mettre beaucoup, beaucoup de choses, de la tendresse, de la nostalgie enfantine, du rêve, de l’amour, de la mort, de la cruauté, du crime, de la violence, des cris de haine, des rugissements et des larmes! Tout cela, tout ce qui est caché au fond de nous-mêmes, une image de tous les éléments essentiels de l’être humain dépouillé de sa croûte épaisse de lâche hypocrisie! Un tableau synthétique de l’homme tel qu’il serait s’il savait encore être grand. »
De Mitsou (1919) au Lever (1978) en passant par Thérèse rêvant, Le Salon II ou Les Poissons rouges, le chat habite l’univers de Balthus. Son animal fétiche. Affectant volontiers le mystère, l’ironie et la distance, Balthus se représente lui-même en Roi des chats (1935) et, dans une lettre de sa Correspondance amoureuse parfaitement contemporaine à l’exécution de ce célébrissime autoportrait, il déclare : «Vive les Chats! et restons sur notre mur et regardons les hommes avec notre ironie méprisante et hautaine s’agiter comme des déments et mal se conduire.» Quelque quinze ans plus tard, le savoureux (et savourant) Chat de la Méditerranée est encore un autoportrait.
A côté d’un parcours anthologique du génie pictural de Balthus, une salle entière révèle les extraordinaires dessins, tout d’acuité et de sensualité.

Repères biographiques
1908: Naissance le 29 février à Paris de Balthasar Klossowski, dit Balthus. Il est le second fils d’Erich Klossowski (1875-1946), peintre et historien de l’art, et d’Elizabeth Dorothea Spiro (1886-1969), dite Baladine. Son frère aîné est l’écrivain et dessinateur Pierre Klossowski (1905-2001). Etablis dans le quartier de Montparnasse depuis 1903, Eric et Dorothea sont liés avec René Auberjonois, Pierre Bonnard et Rainer Maria Rilke.
1914: De nationalité allemande, la famille est contrainte de quitter la France. Après avoir été recueillie par le pro-fesseur Jean Strohl à Zurich, elle s’établit à Berlin.
1917: Le couple Klossowski se sépare. Mère et enfants s’installent quelques mois à Berne avant de se fixer en novembre à Genève.
1919: Balthus est inscrit au lycée Calvin. Réalisation de Mit-sou. Eté à Beatenberg.
1921: Publication de Mitsou avec une préface de Rilke. Au prin-temps, Baladine et ses fils se réinstallent à Berlin. Eté à Muzot avec Rilke.
1923: En mai, Baladine et Balthus quittent définitivement Berlin pour Beatenberg.
1924: Printemps à Paris. Eté à Beatenberg, où il fait la connaissance d’Antoinette de Watteville, alors âgée de douze ans. A Paris, montre ses dessins à Bonnard et Mau-rice Denis, qui lui conseillent de copier les Poussin au Louvre.
1926: Grâce au mécénat du professeur Jean Strohl, passe l’été en Toscane à copier les fresques de Piero della Francesca et Masaccio.
1930: Passe plusieurs semaines en été avec les Watteville et s’éprend d’Antoinette, dont il fait le premier portrait. Dès octobre, service militaire au Maroc, d’abord à Kenitra puis à Fès, jusqu’en décembre 1931.
1932: De mai à octobre chez les Watteville à Berne. Rend visite à Auberjonois à Lausanne. Travaille aux illustrations de Wuthering Heights.
1933: Dès mars, loue un atelier à Paris. Se lie avec Jouve, De-rain qui lui donne des conseils techniques. La Rue. Visite d’André Breton, à la tête d’une délégation de surréalistes (Paul Eluard, Alberto Giacometti, etc.). L’orientation na-turaliste de Balthus les déçoit. Se lie avec Giacometti.
1934: Visite de Picasso. En avril, exposition à la galerie Pierre (Jeune fille en costume d’amazone, La Leçon de gui-tare qui fait scandale).
1935: Crée les décors et costumes des Cenci d’Artaud. Publie huit illustrations pour Wuthering Heights dans Minotaure. Réalise Le Roi des chats et la première étude de La Monta-gne.
1937: Epouse Antoinette de Watteville le 2 avril.
1939: Mobilisé et envoyé en Alsace en septembre, il y est blessé et rentre à Paris en décembre.
1940: S’installe avec Antoinette à Champrovent.
1942: Devant l’avancée des Allemands, quitte Champrovent et s’installe avec Antoinette à Berne puis Fribourg. Nais-sance de son fils Stanislas.
1943: En novembre, la galerie Moos de Genève lui consacre une exposition.
1944: Naissance de son fils Thadée.
1945: S’installe à la villa Diodati à Cologny, près de Genève, se lie avec l’éditeur Albert Skira, fait la connaissance d’André Malraux, retrouve Giacometti.
1946: Vernissage à la Kunsthalle de Berne de l’exposition prépa-rée par Balthus L’Ecole de Paris. Se sépare d’Antoinette et retourne à Paris.
1953: Quitte Paris et s’installe au château de Chassy. Sa nièce par alliance Frédérique Tison le rejoint, qui restera avec lui jusqu’en 1962.
1956: Exposition au Museum of Modern Art de New York.
1961: André Malraux, ministre de la Culture, le fait nommer di-recteur de l’Académie de France à la Villa Médicis, dont il commence aussitôt la restauration de l’édifice.
1962: Envoyé par Malraux en mission au Japon, il y rencontre sa future femme Setsuko Ideta, qui le suit bientôt à Rome.
1966: Rétrospective au musée des Arts décoratifs à Paris.
1967: Epouse Setsuko Ideta au Japon.
1968: Rétrospective à la Tate Gallery.
1970: Premiers dessins de Monte Calvello, château médiéval qu’il a acheté près de Viterbe.
1973: Naissance de sa fille Harumi.
1977: S’installe à Rossinière au Grand Chalet.
1983: Rétrospective au Centre national d'art et de culture Georges Pompidou de Paris.
1993: Rétrospective au Musée cantonal des Beaux-Arts de Lau-sanne.
1999: Parution du Catalogue raisonné de Jean Clair et Virginie Monnier.
2001: Balthus meurt le 18 février au Grand-Chalet de Rossinière. Grande rétrospective de son œuvre en automne au Palazzo Grassi de Venise.
2002: Rétrospective Balthus: De Piero della Francesca à Alberto Giacometti au Musée Jenisch de Vevey.
2003: La Jeunesse de Balthus, 1ère exposition de la Fondation Balthus au Grand Chalet, Rossinière (Suisse). Suivie de Henri Cartier-Bresson et Martine Franck chez Balthus (2004) ; Les Desseins de Balthus (2005) ; La Magie du paysage (2006) ; Le Mystère des chats (2007).
2008: Balthus (100e anniversaire) à la Fondation Pierre Gianadda de Martigny (Suisse).

La rétrospective de la Fondation Pierre Gianadda réunit les principaux chefs-d’œuvre de Balthus, en provenance des plus grandes collections publiques et privées d’Europe et des Etats-Unis (notamment : Musée de Picardie, Amiens ; Kunstmuseum, Berne ; Scottish National Gallery of Modern Art, Edimbourg ; Tate Gallery, Liverpool ; Metropolitan Museum, New York ; The Museum of Modern Art, New York ; Musée national d’Art moderne, Centre Georges Pompidou, Paris ; Musée Jenisch Vevey, dépôt de la Fondation Balthus ; Hirschhorn Museum and Sculpture Garden, Smithsonian Institution, Washington), ainsi que du Grand Chalet et de la famille de l’artiste. Le commissariat de l’exposition est assuré par MM. Jean Clair et Dominique Radrizzani
Le catalogue de l’exposition reproduit en couleurs toutes les œuvres exposées et comprend des textes de divers auteurs et spécialistes, qui éclairent les multiples facettes de Balthus : Jean Clair, Robert Kopp, Raymond Mason, Dominique Radrizzani, Jean Starobinski, Camille Viéville, Frédéric Wandelère.
Prix de vente CHF 45.-- (env. € 30.--)
Offre spéciale CFF « RailAway » : 20% de réduction sur le voyage en train, le transfert et l’entrée à la Fondation.

L'exposition Balthus
La Collection Franck,
Le Parc de sculptures,
Le Musée gallo-romain,
Le Musée de l'automobile
Léonard de Vinci, L’inventeur
sont ouverts tous les jours
de 9 h à 19 h
du 16 juin au 23 novembre 2008


Olivier Saudan

Prix 2007 de la Fondation Edouard et Maurice Sandoz - peintures

7 – 23 novembre 2008
Tous les jours de 9h à 19h
Au Vieil Arsenal

Présentation dans l’Ancien Arsenal de la Fondation Pierre Gianadda de Martigny d’un ensemble de trente grandes toiles exécutées par Olivier Saudan dans le cadre du prix Peinture 2007 de la Fondation Edouard et Maurice Sandoz, retraçant le travail de l’artiste de retour de six voyages effectués en 2007 et 2008. Ces voyages ont donné à l’artiste l’occasion de se confronter directement avec une série de lieux particulièrement forts et impressionnants. Le résultat de cette confrontation entre nature et peinture est le sujet même de cette exposition et de la publication qui l’accompagne. La présentation de ces six fois cinq peintures est précédée, pour chaque voyage, par des textes et des photographies de l’artiste faits sur place, ainsi que par un choix de dessins et d’images de films tous réalisés à l’occasion de ces six voyages. La publication éditée à cette occasion dans la collection des catalogues de la Fondation Pierre Gianadda, retrace l’ensemble des techniques abordées, un texte de Nicolas Raboud, commissaire de l’exposition accompagne ces différents travaux. D’origine valaisanne, Olivier Saudan est né à Zurich en 1957. Il suit les cours de l’école supérieure d’art visuel de Genève, il obtient le diplôme d’expression picturale en 1980. Il est l’un des peintres les plus prolifiques et les plus doués de sa génération. Il peint comme un figuratif abstrait, expressif et joyeux. Il réalise dans la même veine et avec la même violence que dans sa pratique picturale, de très importantes suites d’estampes, souvent sous la forme de monotypes rehaussés. Il pratique une peinture extrêmement audacieuse et risquée, alliant une masse de matières et de couleurs à une vivacité réelle dans la mise en place des volumes et la charge des contrastes Il enseigne avec enthousiasme les arts visuels. Il prend part aux débats qui agitent la vie culturelle, il donne son avis sans retenue. Il expose de façon très régulière en Suisse, en particulier à Lausanne, à Genève et à Bâle. Il participe à de nombreuses expositions collectives nationales et internationales. Plusieurs prix et distinctions honorent et reconnaissent l’ampleur de son travail. Sa peinture est présente dans les principaux musées et les collections publiques et privées de Suisse.

Contact presse:
Olivier Saudan
Tél. 079 254 49 86, osaudan@vtxnet.ch, www.olivier-saudan.ch
Véronique Philippe-Gache
Galerie LIGNEtreize, Carouge-Genève
Tél. 022 301 42 30 et 076 475 93 92 info@galerielignetreize.ch, www.galerielignetreize.ch


Biographie
Né en 1957 à Zurich Vit et travaille à Morges

Activités artistiques
1980: Diplôme d'expression picturale. Ecole Supérieure d'Arts Visuels, Genève
1983: Prix de la Banque Bruxelles Lambert, Lausanne
1987: Bourse Fédérale des Beaux-Arts
1989: Bourse de la Fondation du Jubilé de l'UBS
1991: Bourse de la Fondation Gaspoz, Valais
2001: Bourse de la Fondation Leenaards, Lausanne
2002: Distinction culturelle de la ville de Morges
2007: Lauréat du prix peinture
2007 de la FEMS, Fondation Edouard et Maurice Sandoz

Expositions personnelles
1980: Musée Rath, Genève, Installation
1982: Galerie Supersaxo , Martigny
1984: Galerie Rivolta, Lausanne, Natures mortes
1985: Musée cantonal des Beaux-Arts, Sion, Tour Montparnasse, cat.
1986: Galerie Rivolta, Lausanne, Chaises
1986: Centre d'enseignement supérieur de l'Est Vaudois, Paysages
1987: Manoir de la Ville, Martigny, cat.
1988: Galerie Carré-Noir / Carré-Blanc, Nyon
1988: Galerie Franz Mäder, Bâle (avec Helen Balmer)
1989: Galerie Rivolta, Lausanne, Fleurs
1990: Centre d'enseignement supérieur de l'Est Vaudois, Vevey (avec Jean Lecoultre), Tables
1991: Fondation Louis Moret, Martigny, Vases
1991: Galerie Franz Mäder, Bâle, Bols
1991: Musée Jenisch, Vevey
1993: Galerie Alice Pauli, Lausanne, Crucifixions
1994: Galerie Franz Mäder, Bâle, Boeufs écorchés
1995: Fondation Louis Moret, Martigny
1995: Atelier Raynald Métraux, lithographies et monotypes, Verres, Montagnes, et Boeufs écorchés
1996: Musée Alexis Forel, Morges, Biches, cat.
1997: Galerie Franz Mäder, Bâle, Sous-bois
1997: Atelier Raynald Métraux, Oran, le port et Ekmul
1998: Fondation Louis Moret, Martigny, Oran, le port et Ekmul
1998: Rolf Welti Modern Art, Zürich, Oran, le port et Ekmul
1998: Théâtre de Poche de la Grenette, Vevey (avec Laurent Estoppey et Gordon G. Nicholson)
1998: Galerie Patrick Roy, Lausanne, Sous-bois
1999: Centre d'enseignement supérieur de l'Est Vaudois, Vevey (avec Liliana Gassiot), Crucifixions
1999: Galerie Franz Mäder, Bâle (avec Adalbert Fässler), Paysages
2000: Galerie Patrick Roy, Lausanne, cat.
2000: Atelier Raynald Mettraux, Lausanne
2001: Fondation Louis Moret, Martigny, Sous-bois
2002: Galerie Franz Mäder, Bâle, San Remo
2002: Galerie Rouge, Morges, Le Caravage, Gauguin, et l’atelier
2002: Galerie Ligne 13, Carouge, Bouquets
2002: Forum d’art contemporain, Sierre (avec Laurent Estoppey), Sympathy for the Devil
2003: Galerie du Château, Avenches, Vues de Paris
2003: Das Gästezimmer, Wolhusen (avec Laurent Estoppey), Juste la vie
2004: Galerie ESF, Lausanne, Paysages
2004: Château d’Attalens, Attalens
2005: Confer artactuel, Nyon
2005: Cabinet cantonal des estampes, Vevey (avec Carles Valverde)
2006: Galerie Ligne treize, Genève
2006: Galerie Franz Mäder, Bâle
2006: Galerie ESF, Lausanne (avec Magali Koenig), La Montagne Sainte-Victoire
2006: ELAC, Lausanne, Merci Pierre
2007: Manoir de la Ville, Fondation Louis Moret et Chapelle de la Bâtiaz, Martigny, Soit dit en passant et je marche en silence, cat.
2007: Galerie Yapasdelézard, Morges
2008: Galerie Hoffsteter, Fribourg (avec Lorna Bornand et François Burland)

Expositions collectives
1982: L’art dans les grands magasins, La Placette, Lausanne, Guerre des Malouines
1983: Jeunes Vaudois, Musée cantonal des Beaux-Arts, Lausanne, cat.
1984: Jeunes Vaudois, Helmhaus, Zürich, Natures mortes
1985: Jeunes Vaudois, Nestlé, Vevey, Toaster
1985: Galerie Rivolta, Lausanne
1986: Galerie Rivolta, Lausanne
1986: L'Œil du Musée sur une collection: la BCV, Musée cantonal des Beaux-Arts, Lausanne, cat.
1987: Fondation Deutsch, Belmont / Lausanne, Tables et chaises
1987: Fragments du Jeune Art Suisse, UBS, Musée cantonal des Beaux-Arts, Lausanne, cat.
1987: Huit artistes romands, Stadthaus, Olten, cat.
1990: Galerie Franz Mäder, Bâle
1990: Château de Villa, Sierre, Chemin de Croix, cat.
1991: Huit peintres vaudois rumine pour la gloire, Musée cantonal des Beaux-Arts, Lausanne, Tables, cat.
1991: Huit peintres vaudois rumine pour la gloire, Bündner Kunstmuseum, Coire
1991: Huit peintres vaudois rumine pour la gloire, Galerie de l'Université, Montréal
1991: Pas tout à fait blanc, Galerie Rivolta, Lausanne
1991: Sui(sse) Generis, Villa du Parc, Annemasse, cat.
1991: Petits formats, Galerie Aparté, Lausanne,
1992: Atelier Raynald Métraux, Lausanne
1992: 10 ans d'édition, Galerie Franz Mäder, Bâle
1992: Editions Franz Mäder, Kunstmesse, Bâle, Pots
1992: Centre d'Art Contemporain, Martigny
1992: Galerie Alice Pauli, FIAC, Paris
1992: Triennale de la gravure, Musée des Beaux-Arts, Le Locle
1993: L'art vaudois contemporain, Château de La Tour-de-Peilz, collection du centre d'enseignement supérieur de l'Est Vaudois, La Tour-de-Peilz, cat.
1993: Small is beautiful, Galerie Alice Pauli, Lausanne
1994: Rio Mostra, Musée d'Art Moderne, Rio
1994: Nordstern Collection, Cologne, calendrier 1995
1994: Comme un rayon de soleil, Galerie Alice Pauli, Lausanne, cat.
1995: Préludes, Musée Arlaud, Lausanne, cat.
1995: XXe exposition d'art alpin, Musée Jenisch, Vevey, cat.
1995: Triennale de la gravure, Musée des Beaux- Arts, Le Locle, cat.
1995: Tendances 1995, Musée Hebert, Grenoble, cat.
1996: Galerie Alice Pauli
1996: Atelier Raynald Métraux, Centre culturel, Morges
1997: Galerie Alice Pauli
1997: Saxifrage, Musée d’Art et d’Histoire, Fribourg, cat.
1997: Musée cantonal des Beaux-Arts, Sion, cat.
1997: Une ville, des artistes, Musée de Pully, cat.
1998: Atelier Raynald Métraux, Maison Visinand, Montreux
1998: Editions Franz Mäder, Kunstmesse, Bâle, Oran, le port et Ekmul
1998: Saxifrage, Musée cantonal des Beaux-Arts, Sion, cat.
1998: CH-edition 3, Halle des expositions, Soleure, cat.
1998: Triennale de la gravure, Musée des Beaux-Arts, Le Locle, cat.
1999: Galerie Franz Mäder, Bâle, Fleurs
1999: Editions Franz Mäder, Kunstmesse, Bâle, Grimsel-Passhöhe 2164 m
1999: Blacknoirneroschwarz, Musée des Arts Décoratifs, Lausanne
1999: Abstractions, Musée cantonal des Beaux-Arts, Lausanne
2001: Encore, la répétition, Musée cantonal des Beaux-Arts, Sion, Couteaux
2002: 10 ans de collection de la BCV, Musée Jenisch, Vevey, cat.
2002: Edition Franz Mäder, Kunst 2002, Zürich, San Remo, panorama artistico
2002: Unique, Musée Jenisch, Cabinet cantonal des estampes, Vevey, cat.
2003: Verlegen, 20 ans d’édition, Galerie Franz Mäder, Bâle, cat.
2003: Accrochage 2003, Musée cantonal des Beaux-Arts, Lausanne
2003: Atelier Raynald Mettraux, Musée Jenisch, Cabinet cantonal des estampes, Vevey,cat.
2003: Zeichnungen, Galerie Franz Mäder, Bâle
2003: Galerie Ligne 13, Carouge
2003: Nestlé et la Cité, un partenariat culturel, Musée Jenisch, Vevey, cat.
2004: Espace réservé, Galerie Rivolta, Genève
2004: Wallfahrtskirche, Werthenstein, Le sang du Christ
2006 : Des seins à dessein, Espace Arlaud, Lausanne
2006: 20 ans, Fondation Louis Moret, Martigny
2006: Noir et Blanc. Something between, Galerie l'Antichambre, Chambéry
2007: Galerie Yapasdelézard, Morges
2007: Mäder Heft Neun, Galerie Franz Mäder, Bâle (avec un texte de Philippe Jaccottet)
2008: Kleine Kunstgeschichte der schweizer Malerei, Kulturhaus Palazzo, Liestal

Oeuvres dans les collections publiques
Banque Bruxelles Lambert, ING Bank
Banque cantonale du Valais
Banque cantonale Vaudoise
Cabinet cantonal des estampes, Vevey
Centre d'enseignement supérieur de l'Est Vaudois, Vevey
Crédit Suisse, Lausanne-Zürich
Groupe Mutuel, Martigny
Gymnase de Beaulieu, Lausanne
Gymnase du Bugnon, Lausanne
Gymnase de Chamblandes, Pully
Musée cantonal des Beaux-Arts, Lausanne
Musée cantonal des Beaux-Arts, Sion
Musée Jenisch, Vevey Nestlé, Vevey
Nordstern Collection, Cologne
SUVA, Sion Union de Banques suisses, Lausanne-Genève
Ville de Lausanne
Ville de Martigny

Bibliographie
– Erika Billeter et Bernard Fibicher, Olivier Saudan, peinture, sculpture, Musée cantonal des Beaux-Arts, Sion, 1985
– Jean-Michel Gard, Olivier Saudan, Manoir de la ville de Martigny, Martigny, 1987
– Chantal Prod'hom, Olivier Saudan, Musée Alexis-Forel, Morges, 1996
– Nicole Minder et Chantal Prod'hom, Olivier Saudan, Lausanne, 2000 - Nicolas Raboud, Sujets imposés, in: Le cahier dessiné, N 4, Editions Buchet-Chastel, Paris, 2004
– Frédéric Nicod et al., Olivier Saudan, Benteli Verlag, Berne, 2006
– Marie-Fabienne Aymon et al., OS, Manoir de la ville et Fondation Louis Moret, Martigny, 2007
– Philippe Jaccottet, Mäder Heft Neun, Edition Mäder, Bâle, 2007

Filmographie
– Bruno Joly, Olivier Saudan, laisser une trace, Canal 9, Sion, 2007



haut de page