FR / EN  



De Picasso à Barceló, les artistes espagnols

31 janvier - 9 juin 2003
tous les jours de 10h à 18h




La Fondation Pierre Gianadda à Martigny inaugure, le 31 janvier 2003, une exposition consacrée à l'œuvre de 18 artistes espagnols les plus représentatifs du XXe siècle. Présentée jusqu'au 9 juin, l'exposition intitulée de Picasso à Barceló, les artistes espagnols, met en lumière, à l'intention du public international qui visite habituellement la Fondation, le rôle important que jouèrent les artistes d'origine espagnole dans la naissance et le développement de l'art moderne et lors de son évolution postérieure au cours du XXe siècle et jusqu'à nos jours.

La présentation des quelque 70 œuvres qui articulent l'exposition offre non seulement un panorama général de plusieurs des tendances les plus significatives de l'art contemporain, mais montre également la cohérence de l'évolution des formes dans l'art espagnol, une cohésion qui s'est maintenue malgré l'éloignement géographique des artistes pendant le déroulement de leur travail. En effet la décision de certains d'entre eux, au début du siècle passé, de transférer leur centre d'activité à Paris et le fait que leur création se soit diffusée depuis là, ont estompé à l'étranger la perception des influences qu'ils ont tracées dans l'art espagnol du XXe siècle. Une vision d'ensemble de l'art réalisé par ces 18 artistes restitue, dans le cadre international, autant leurs créations individuelles que les liens existant entre les œuvres des uns et des autres.

L'amplitude chronologique de l'exposition a rendu obligatoire une sélection des œuvres bien déterminée. Les critères qui ont présidé à l'élaboration de ce parcours à travers le XXe siècle ont été à la fois la signification propre de chacune des peintures et sculptures et la volonté de donner une idée la plus complète possible de la trajectoire créative des artistes, en tenant compte des limites d'une exposition collective. C'est pour cela qu'on a choisi des œuvres ponctuant les moments forts du parcours artistique des artistes : aube de leur carrière au moment où leur vocabulaire plastique était déjà formé, maturité et dernière étape ou - pour les artistes vivants - des œuvres récentes afin de révéler leur créativité jusqu'à aujourd'hui.

La première séquence est dédiée aux artistes des Avant-gardes historiques : Pablo Picasso, Juan Gris, Joan Miró, Salvador Dalí et Julio González. L'exposition s'ouvrira sur le Cubisme de Picasso et Juan Gris. Elle se poursuivra avec l'étape "classique" des années 20 (Picasso, Dalí, Miró et Gris) puis avec le Surréalisme de Dalí et Miró et le Picasso des alentours des années 30, moment de son contact avec la sculpture en fer soudée de Julio González.

Un point fort touchant à la Guerre civile espagnole (1936-39) sera constitué des œuvres préparatoires de Picasso pour son Guernica, le Miró de 1936 ainsi que Julio González de ces années, avant de passer au Miró des années 50 et à la dernière et intense période créative de Picasso et Miró, respectivement dans les années 60 et 70.

La deuxième séquence est représentée par l'étape historique des Nouvelles Avant-gardes avec six artistes, quatre peintres et deux sculpteurs, qui ont travaillé à travers des expressions très différentes de l'abstraction. En ce qui concerne la peinture : l'abstraction matiériste d'Antóni Tapies, le gestualisme d'Antonio Saura, le drame des toiles de sac déchirées de Manolo Millares et l'ordre mesuré et géométrique de Pablo Palazuelo. La sculpture offre deux versions de l'abstraction : l'une traitant du problème du vide avec la rigoureuse étude de Jorge Oteiza et l'autre dédiée à l'espace et à la résonance des matériaux avec plusieurs œuvres d'Eduardo Chillida.
Les pièces montrées couvrent leurs trajectoires depuis leurs débuts des années 50 jusqu'aux œuvres postérieures mettant en lumière un développement qui a continué à évoluer en cohérence avec les principes établis à l'origine de leur travaux.

La troisième séquence montre deux générations d'artistes apparus dans les années 60 et 70, qui ont marqué un tournant fondamental par leur sourire ironique et un traitement des couleurs stridentes à-plats. Les artistes ayant formé l'Equipo Crónica, disparu ultérieurement, et Eduardo Arroyo ont mené à bien une révision des Avant-gardes à travers un langage plastique utilisant de manière très personnelle les à-plats et une lecture immédiate de l'image artistique proche du Pop.

Ce qui nous amène aux artistes qui ont renouvelé le vocabulaire formel des années 70, avec Luis Gordillo, comme chef de file, et Carlos Alcolea. Tous deux héritiers du Pop, ils adoptent d'abord une figuration peu conformiste, mais tandis que Gordillo évolue vers des formes clairement abstraites, Alcolea, bien que décédé jeune, n'a jamais trahi son goüt pour la narration Post-Pop.

La quatrième et dernière séquence offre une sélection des œuvres réalisées dans la tranche des deux dernières décennies du siècle avec les trois artistes de renom international : José María Sicilia, Juan Muñoz et Miquel Barceló, aux itinéraires divergents, mais se situant dans le cadre historique de la Post-Modernité.
Sicilia travaille avec des cires une peinture qui soumet à l'expérience la visibilité et l'invisibilité de l'image plastique; Barceló, le plus jeune des trois, utilise la matière dans ses peintures et sculptures de façon à en extraire son contenu tellurique le plus proche des origines. Par contre, Juan Muñoz, malheureusement déjà disparu, est l'étendard d'une nouvelle manière où la forme sculpturale se met au service d'une interprétation de l'humain reliée de près à la violence du monde d'aujourd'hui.

Les limites imposées par les espaces disponibles et la propre cohérence interne de l'exposition ont conditionné étroitement le choix établi qui comprend des travaux de : Pablo Picasso (1881-1973), Juan Gris (1887-1927), Joan Miró (1893-1983), Julio González (1876-1942), Salvador Dalí (1904-1989), Antonio Saura (1930-1998), Jorge Oteiza (1908), Pablo Palazuelo (1916), Antóni Tapies (1923), Eduardo Chillida (1924-2002), Manolo Millares (1926-1972), Equipo Crónica (Rafael Solbes 1940-1981 et Manolo Valdés 1942), Eduardo Arroyo (1937), Luis Gordillo (1934), Carlos Alcolea (1949-1992), José María Sicilia (1954), Juan Muñoz (1953-2001) et Miquel Barceló (1957).

Parmi les Institutions et Musées qui prêtent leurs oeuvres, on compte :
En Espagne : Le Museo Nacional Centro de Arte Reina Sofía de Madrid, le Museo Thyssen-Bornemisza de Madrid, Artium de Alava - Vitoria-Gasteiz, la Fundació Pilar i Joan Miró de Majorque, la Collection d'Art Contemporain de la Fondation la Caixa de Barcelone, la Banco Zaragozano, la Collection BBVA, l'IVAM Instituto Valenciano de Arte Moderno - Generalitat Valenciana, la Fundació Gala-Salvador Dalí de Girona, la Collection de la Fundación Juan March de Madrid, la Colección ICO, la Collection Banco Guipuzcoano de San Sebastián

En France : Le Musée Picasso de Paris, le Musée National d'Art Moderne Centre Georges Pompidou de Paris, la Fondation Maeght de Saint-Paul en France

En Suisse : Le Musée d'Art et d'Histoire de Genève et le Kunstmuseum de Berne
ainsi que de nombreuses importantes collections particulières principalement d'Espagne, mais aussi de France, d'Allemagne et de Suisse.



Catalogue de l'exposition

Le catalogue bilingue (francais-espagnol) de l'exposition reproduit en couleurs toutes les œuvres exposées, sous la direction de Maria Antonia de Castro avec des textes de Juan José Lahuerta, professeur d'histoire de l'art de l'Université Polytechnique de Barcelone, Tomás Llorens, directeur du Musée Thyssen-Bornemisza de Madrid et Juan Manuel Bonet, directeur du Musée Nacional Centro de Arte Reina Sofia de Madrid, ainsi que Carmen Bernárdez et Mercedes Replinger pour les œuvres et biographies des artistes.
Prix de vente CHF 45.-- (env. 30 €).

Commissaire de l'exposition : Maria Antonia de Castro





 

Salvator Dali,
Portrait de Paul Eluard 1929
Huile sur carton
35x25 cm
Collection particulière


Miquel Barceló,
Somalie 92
Technique mixte sur toile
195x130 cm
Collection particulière


Pablo Picasso
Mère avec enfant mort II
13 mai 1937
Graphite et crayon de couleur sur papier 24x45 cm
Museo Nacional Centro de Arte Reina Sofia, Madrid


Pablo Picasso
Le Peinter et son modèle
1963
huile sur toile 130x195 cm
Museo Nacional Centro de Arte Reina Sofia, Madrid


Crayon sanguine et gouache sur papier 45x35 cm
Collection particulière


Joan Miró
Peinture 1950
145x114 cm
Museo Nacional Centro de Arte Reina Sofia, Madrid


Antonio Saura
La Crucifixion rouge
130x162,
Collection des Musées d'Art et d'Histoire de la ville de Genève


Equipo Crónica
Chronique rurale,
technique mixte sur carton, 127 x 97cm,
1973,
Collection particulière


Antoni Tápies
Vision première/Visión primera
2001,
technique mixte sur bois 130x162 cm
Collection Fondation Pierre Gianadda, Martigny, Suisse


Juan Muñoz
Conversation Piece
1996
Résine de polyester et câble d'acier, 5 pièces de 164x80x80 cm chacune
Collection particulière


Manolo Millares
Tableau 163
1962,
technique mixte sur carton 100x81 cm
Instituto Valenciano de Arte Moderno, Valencia